Le Verger Éditeur

Éditeur humaniste depuis 1988

Accueil > Auteurs > Jean-Louis Marteil

Jean-Louis Marteil

jeudi 3 novembre 2016

Jean-Louis Marteil est immédiatement attachant. L’homme, d’abord, paré de son bel accent du Sud-Ouest et de sa gouaille joyeuse, pose sur vous un œil vif et prévenant, de bon augure. L’écrivain, lui, confirme très vite ce qu’on avait perçu dans son regard : c’est un humaniste, sensible à toutes les conditions de l’homme (et de la femme), que sa pudeur enveloppe d’un humour féroce.

Sa première carrière était déjà placée sous le signe du regard. Photographe, il plaque tout à l’approche des années 2000 et fait le pari risqué de l’écriture et de l’édition. En 1999 paraît La Relique, un roman médiéval « au carrefour des Monty Python et de don Camillo », comme le dira un journaliste. L’aventure extraordinaire de ces trois moines stupidement ordinaires fera mouche, puisqu’à ce jour plus de 15000 exemplaires ont été écoulés.

Sa rencontre avec Noël Balen l’amène à entrer dans le monde de l’édition, jusqu’à devenir directeur littéraire des éditions de l’Hydre. Il fondera ensuite sa propre maison, La Louve éditions. Il continue à publier : La Relique aura deux suites, puis viennent le cycle Et Dieu reconnaîtra les siens, puis la chair de la Salamandre… tous des romans médiévaux solidement documentés et bâtis sur une matière humaine frémissante, couronnés entre autres par le prix Mémoires d’Oc.

Il écrit également pour le théâtre. Sa pièce Et Dieu reconnaîtra les siens est jouée 35 fois en extérieur, dans les sites les plus prestigieux du « pays cathare », après avoir été créée sur France Culture. Des scénarios pour le cinéma ont également été tirés de son travail.

Ses valeurs humaines et son goût de l’histoire se traduisent aussi par des textes plus sombres. Le petit livre Oradour sur Glane aux larmes de pierre, condensé d’émotions, est aussi un hommage à son père, adolescent pendant la guerre, et décédé avant la parution de l’ouvrage. Amené de nombreuses fois à intervenir dans des classes au sujet de ce texte, Jean-Louis Marteil rappelle : « Ce livre est la seule façon que j’ai trouvée de dire à mon père que je l’aimais. Dites aux gens que vous les aimez, un jour il sera trop tard ».

C’est dans cette veine plus sombre que Jean-Louis Marteil publie aujourd’hui Le Couloir. La forme de ce roman – un huis-clos – rappelle l’homme de théâtre. Le sujet est plus sombre encore. Et, de façon certaine, les quatre personnages de ce livre témoignent tous de l’amour formidable que porte Jean-Louis Marteil à l’être humain.

Messages

  • Je vous au acheté au salon du livre des rendez vous de l’histoire la chair de la salamandre et l’assassinat du mort. J’ai dévoré ces 2 livres en 2 temps, 3 mouvements. J’attends le salon d’octobre 2019 pour acheter la suite des aventures de Braida. A bientôt f guerineau

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.